I.   Introduction générale

VII.  Les calques

II.  Présentation de l'image

VIII. Le texte

III. Manipulation des images

IX.   Les formes et motifs

IV. Les corrections chromatiques

X.    Les filtres

V.  Les corrections physiques

XI.   L'automatisation des tâches

VI. La sélection

 

 

II. Présentation de l'image

 

 

 


LA TAILLE D’UNE IMAGE


Elle peut s’exprimer soit en mm/cm pour le travail vers l’imprimerie, soit en pixels pour un travail destiné au multimédia.


1 pt (point) = 0,352 mm
1 p (pica) = 12pt = 4,233 mm
1 p’’ (pouce) = 72 pt = 25,4 mm

Dans la fenêtre de nouveau document, vous avez déjà un certain nombre de formats prédéfinis, que vous pourrez utilliser. Lorsque vous en choisirez un, les valeurs viendront s'inscrire automatiquement dans les cases hauteur et largeur de fichier. Comme il est d'usage courant d'utiliser certains formats, vous n'aurez pas à redonner les tailles à chaque ouverture de fichier.

Ces formats prédéfinis se trouvent dans le menu Paramètre prédéfini de la fenêtre de nouveau document. Il vous suffit de cliquer sur l'un des formats de la liste pour le sélectionner.
Si vous choisissez un format prédéfini puis que vous modifiez une valeur de hauteur et largeur dans leurs cases respectives, le menu vous indiquera alors que vous passez en mode personnalisé.

 

 


LA RÉSOLUTION


La résolution d’une image s'exprime en pixels par pouce (ppp) ou dots per inch (dpi) en anglais. Les pixels sont de petits carrés pouvant contenir des informations de couleur. Une image est donc un ensemble de pixels, placés les uns à côté des autres.
Dans une photo, plus le nombre de pixels par pouce est élevé, plus il y a de détails ; Si l'on doit dessiner un cercle dans la première grille de pixels à 72 dpi, il nous faudrait noircir les quatre carrés centraux. Cependant, comme on le voit sur le dessin du bas, le cercle déborde sur d’autres pixels. En augmentant la résolution (donc le nombre de pixels dans la grille), le rond apparaît déjà plus détaillé et plus précis.

       
72 dpi                                   150dpi                                      300dpi


Plus la résolution est élevée, plus il y a de détail dans une image.

 

                                      
        72dpi                                                       300dpi


Vous devez spécifier la résolution lors de la numérisation sur votre scanner. Cela veut également dire que vous devez connaître la finalité de votre travail :

- Pour un travail destiné à l’écran, la résolution d’une image sera toujours de 72 dpi ou 96 (PC) car l’écran a également une résolution.

- Pour un travail destiné à l’imprimerie, il faudra prendre en compte la résolution du périphérique de sortie :

Imprimante jet d’encre : 300 ppp
Imprimante laser : 600 ppp
Photocomposeuse : 1200 ppp et plus


Plus la résolution d'une image est importante, plus Photoshop génère un fichier dont le poids est élevé. La résolution et les dimensions des pixels d’une image sont interdépendantes car redéfinies l’une par rapport à l’autre.


Si vous numérisez avec un scanner à 300 ppp, celui-ci prélèvera un détail de votre photo tous les 0,084 mm alors qu’à une résolution de 1200 ppp, le scanner saisira un détail tous les 0,021 mm. C’est donc le résultat de la mesure d’un pouce (25,4mm) divisée par le nombre de points par pouce.

          25,4/300 = 0,084
          25,4/1200 = 0,021

 

NOTIONS D’IMAGE

 

Avant de commencer, il est important de connaître quelques notions relatives aux images. Vous rencontrerez 2 grandes catégories d’images :


- Les images Bitmap
- Les images Vectorielles


Les images bitmap

Crées à partir de logiciels tels que Photoshop (Adobe) ou Painter (Corel), les images Bitmap se composent d’un ensemble de pixels (colorés ou non) formant une image ou un caractère.
Elles supportent mal les opérations de redimensionnement ou d’agrandissement ; On parle du phénomène de « pixellisation » où chaque point apparaît grossi et semble créer un escalier.
Plus le nombre de couleur et la résolution d’une image bitmap sont élevés, plus le poids de l’image est donc important.

Ce trait est un ensemble de pixels. Une fois agrandi, on voit apparaître les pixels:

                                             


Taille normale                                                    Agrandissement

Les images vectorielles

Créées à partir de logiciels tels qu’Illustrator (Adobe) ou Freehand (Macromédia), les images vectorielles sont définies de façon mathématique. Elles sont constituées d’une série d’objets géométriques (des droites, des ellipses…) auxquels sont associés des attributs (couleur, épaisseur…). La résolution ne change rien à ces images. Quel que soit l’agrandissement, les éléments paraîtront nets et précis. Ici, la notion de pixels n’existe plus.

                                      

Taille normale                                                 Agrandissement

 

LES MODES DE COULEURS

Les modes permettent de modifier le nombre de couleurs affichées dans une image et aident à mieux gérer leurs poids. Les modes diffèrent en fonction du travail que vous aurez à réaliser. À l’ouverture d’un nouveau fichier, c’est une des informations à fournir dans la partie Mode. Les modes sont inscrits dans la barre de titre des fichiers que vous ouvrirez (entre parenthèses).

Changement de modes

Il vous sera utile de changer de mode, afin d’utiliser certains filtres ou pour transformer votre document en vue de l’imprimer. Pour cela vous devrez ouvrir une photo puis aller dans le Menu Image / Mode et choisir celui qui vous convient :


Mode en Niveaux de Gris


Ce mode vous permettra de travailler en pourcentage d’encre noire présent dans votre photo. Chaque pixel peut contenir de 0% pour du blanc jusqu’à 100% pour du noir. Entre cette échelle, 256 gammes de gris sont utilisables. Pour modifier une image vers le niveaux de gris, allez dans le menu Image / Mode / Niveaux de gris.



Mode Bichromique


La bichromie permet de rajouter des nuances de couleurs dans une photo de façon à la rendre moins terne qu’avec un simple niveaux de gris. C’est un mode qui permet de travailler avec deux couleurs. Il vous faudra d’abord convertir votre fichier en mode niveaux de gris avant de choisir le mode bichromie.


   Bichromie en noir et vert

 


Choix de la première couleur :

  1. Allez dans le menu Image / Mode et choisissez Niveaux de gris.
  2. Retournez dans le menu Image / Mode et choisissez Bichromie. Une fenêtre s’affiche (a). Cliquez sur la case "Aperçu" pour visualiser les changements en temps réel.
  3. Dans le menu local déroulant Type (b), vous pourrez choisir jusqu’à quatre couleurs.
  4. Choisissez Bichromie pour commencer. Au niveau de la ligne Encre 1, deux vignettes sont placées côte à côte: l'une avec une courbe et l'autre avec de la couleur.
  5. Effectuez un clic dans la vignette de couleur (vert dans notre exemple). La fenêtre du sélecteur de couleur apparaît. Cliquez sur le bouton T (teinte). Il va vous permettre de choisir une couleur dans la barre verticale (c). Déplacer le curseur vers le bas/haut : cela aura pour effet d’afficher les différentes nuances de couleurs dans la partie de gauche de la fenêtre.
  6. Placez votre souris dans la partie gauche de la fenêtre. En cliquant dans cette zone, un cercle apparaît et une couleur s’affiche dans la première case à droite de l’échelle verticale. Cela veut dire que vous avez prélevé un échantillon de couleur.
  7. Faites OK. Vous avez choisi votre première couleur. Celle-ci doit apparaître sous forme de vignette de couleur dans la case Encre 1.
  8. Il vous faut à présent la nommer. Faites un clic à droite de la vignette de couleur et nommez votre teinte (ici, vert site internet).

Vous devez spécifier de préférence, la teinte la plus foncée en Encre 1 puis des encres plus claires. Dans notre exemple (a), le vert est notre première teinte, le noir la deuxième. Cela aura pour effet d'offrir un meilleur effet dans l'image.

La fenêtre de bichromie (a)

Le menu local déroulant Type (b)

Le sélecteur de couleur (c)

 

Les nuanciers et la bichromie:

Vous allez voir s’afficher une fenêtre différente de la première. Vous devrez cette fois-ci choisir une teinte dans un nuancier particulier.

Les nuanciers sont des « catalogues » de couleurs qui sont listées sous forme de nom et ou numéros. Vous avez des nuanciers qui reproduisent des couleurs de type fluo, métallique, or. Sur écran, il est difficile de déterminer si une teinte est métallique ou non. A l'écran également, une teinte n'apparaît pas de façon identique que sur papier. Votre oeil percevant plus de couleur qu'un imprimeur n'est capable d'en restituer. C'est pourquoi vous aurez certainement l'occasion de tenir en main des nuanciers papier.

Chacune de ces teintes que l'on nomme Ton direct permet (par exemple à votre imprimeur) de restituer de façon sure une couleur que vous aurez préalablement sélectionnée.
On utilise les tons directs lorsque l'on ne peut pas restituer une couleur grâce au procédé de quadrichromie (CMJN).

Comme les différentes références des nuanciers sont utilisées dans l'industrie graphique (en Europe, on utilise le Pantone), il n'y aura donc pas de différences entre votre référence et celle qu'utilisera votre imprimeur.

 

Choix de la seconde couleur:

  1. Une fois la première teinte choisie, vous devez retrouver votre fenêtre de bichromie (voir plus haut):
  2. Effectuez un clic sur la vignette de couleur de l'Encre 2. Une fenêtre va s'afficher.
  3. Dans la partie Nuancier, choisissez un nuancier dans la liste. Dans notre exemple, nous utilisons un Pantone.
  4. Dans l’échelle verticale, vous devrez choisir une teinte que vous souhaitez utiliser. Déplacer le curseur vers le bas/haut : cela aura pour effet d’afficher les différentes nuances de couleurs dans la partie de gauche de la fenêtre.
  5. Dans la zone de gauche, sélectionnez une teinte particulière au moyen d'un simple clic. La teinte prélevée doit apparaître dans un cadre noir. Ici, nous avons sélectionné un noir Pantone Process Black C.
  6. Faites OK. Vous avez prélevé une seconde couleur. Celle-ci doit se placer dans la vignette de couleur de la ligne Encre 2.


Dans vos cases de couleur de fenêtre de bichromie, vous devez voir apparaître maintenant ces deux échantillons:

 

La courbe de bichromie :


Pour obtenir des effets intéressants, il faut à présent modifier la courbe située à gauche des encres. Elle vous permet de répartir la couleur dans les tons clairs et les tons foncés de l’image.
      

Faites à présent un clic sur la vignette de courbe dans la ligne Encre 1. Vous allez voir apparaître cette fenêtre de modification de courbe:

       


L’échelle horizontale du bas affiche la diffusion de la couleur dans les tons clairs (gauche) et les tons foncés (droite) de l’image.

L’axe vertical représente la densité de l’encre (plus élevée vers le haut).

La courbe de bichromie s’affiche actuellement sous la forme d'une ligne dont vous déplacez les points situés, par défaut aux extrémités.

  1. Placez votre souris dans la partie de gauche de la fenêtre.
  2. Vous devrez effectuer un clic maintient sur un des points, et déplacer votre souris horizontalement ou verticalement. Le point va vous suivre. Vous pourrez ainsi attribuer plus de couleur dans certaines zones de l’image.
  3. Relâcher la souris.


Placement de nouveaux points

Vous pouvez également agir sur de nouvelles moyennes des tons (par exemple dans les tons moyens) en plaçant vous-même de nouveaux points (a). Pour cela, effectuez un clic simple le long de la courbe. Vous verrez de nouveaux points apparaître automatiquement.

(a)


Suppression de points

Effectuez un clic maintient sur le point à retirer et sortez votre souris de la grille. Relâcher la souris en dehors de cette grille.

 

 


Mode Couleurs Indexées

Il s'agit d'un mode avec construction d’une palette dans laquelle Photoshop stocke 256 couleurs. Si votre couleur n’apparaît pas dans la palette, Photoshop choisit la couleur la plus proche. Vous ne composez pas votre couleur.

Ce mode est utile car la taille du fichier est plus légère (il y a moins de couleurs que dans certains modes qui gèrent jusqu’aux millions de couleurs) donc plus spécifique aux applications multimédias.
Pour convertir une image en mode couleurs indexées, allez dans le menu Image / Mode / Couleurs indexées.

Vous devrez passer en RVB ou Niveaux de gris avant de choisir ce mode. Celui-ci supprimera les calques.



Mode RVB

Ce mode représente le Rouge, le Vert et le Bleu. C’est le mode utilisé pour la vidéo et le multimédia, c’est-à-dire pour le travail sur écran. Les trois couleurs superposées forment le Cyan, le Magenta, le Jaune. C’est un mode qui travaille en millions de couleurs. Vous composez vos couleurs par mélanges.

Vos pixels peuvent avoir comme valeur 0 (pixel éteint donc noir) jusqu’à 255 (blanc).

Dans le sélecteur de couleur ou dans la palette de couleur RVB, pour obtenir du :

     Blanc : placez toutes les valeurs R, V, B à 255.

     Noir : placez toutes les valeurs R, V, B à zéro.

     Gris : toutes les valeurs R, V, B doivent être égales.


La superposition du Rouge du Vert et du Bleu forme le blanc : C’est la synthèse additive des couleurs.



La combinaison du rouge et du vert forme le jaune.
La combinaison du vert et du bleu forme le cyan.
La combinaison du bleu et du rouge forme le magenta.

 

Mode CMJN

Ce mode représente le Cyan, Magenta, Jaune et Noir. C’est le modèle qui est utilisé en imprimerie. C’est le procédé dit de quadrichromie. Chaque document qui sera destiné à être imprimé devra être converti à ce format.
En combinant les 3, on obtient du noir (en réalité, il s’agit d’un marron terne, c’est pourquoi on rajoute du noir).

Les valeurs CMJN sont exprimées en pourcentage de couleur de 0 à 100 %.


Dans le sélecteur de couleur ou dans la palette de couleur CMJN, pour obtenir du :

     Rouge, on poussera le Magenta et le Jaune.

     Vert, on poussera le Cyan et le Jaune.

     Bleu, on poussera le Cyan et le Magenta.

     Blanc = toutes les valeurs à 0%


La superposition du cyan du magenta et du jaune forme le noir. C’est la synthèse soustractive des couleurs.



La combinaison du magenta et du jaune forme le rouge.
La combinaison du jaune et du cyan forme le vert.
La combinaison du cyan et du magenta forme le rouge.


Pour obtenir une couleur d'un mode à l'autre, placer le RVB au-dessus du CMJN et sélectionner les couleurs qui ne se font pas face.

.

Pour modifier la palette de couleur en RVB ou CMJN allez dans le menu local déroulant et choisissez une palette qui vous convienne:


Si vous avez la palette de couleur CMJN et que vous souhaitiez obtenir du :


Rouge, prendre le magenta et jaune puis pousser leurs valeurs
Vert, prendre le cyan et le jaune puis pousser leurs valeurs
Bleu, prendre le cyan et le magenta puis pousser leurs valeurs



Si vous affichez la palette de couleur RVB et que vous souhaitiez obtenir du :


     Cyan, prendre le vert et le bleu puis pousser leurs valeurs.

     Magenta, prendre le rouge et le bleu puis pousser leurs valeurs.

     Jaune, prendre le rouge et le vert puis pousser leurs valeurs.

 

 

 

Les différentes couches en CMJN (procédé de la quadrichromie)

Pour afficher les couches de couleurs d'une image, allez dans le menu Fenêtre / Couches. Dans la palette, vous pouvez masquer une couche en cliquant sur l'oeil situé à gauche de la vignette imagée.

La couche de Cyan

La couche de Magenta



La couche de Jaune

.

La couche de Noir



L'addition des couches :


Les couches de Cyan et Magenta...


Rajout du Jaune...


Rajout du Noir pour contraster = CMJN


La gamme de couleurs en CMJN est moins importante que la gamme RVB. On ne peut en effet reproduire à l'impression toutes les nuances de couleur que l’œil perçoit. Passez en mode CMJN en fin de travail et vérifiez votre travail.


FORMATS DE TRAVAIL ET ENREGISTREMENT


Pour choisir un format de fichier, cela suppose de savoir à quoi va servir l’image. Vidéo, Multimédia, Imprimerie ? Posez-vous cette question dès le début de votre travail afin de choisir le format le plus adapté à votre travail.

 

   EN PAO



Le TIFF (Tagged Image File Format) : C’est un format de fichier Bitmap, c’est-à-dire un format en mode point et dont la résolution est primordiale. Il est reconnu par la plupart des logiciels de dessin tels qu’Illustrator d’Adobe.

L’EPS (Encapsulated PostScript*) : Format de fichier Bitmap et Vectoriel** reconnu par la plupart des logiciels et de mise en pages (Quark XPress).



* Le PostScript est un langage d’interprétation des imprimantes et périphériques de sortie qui permet le lissage des polices et graphiques afin d‘éviter un effet crénelé dû au Bitmap.

**
Mode de calcul (mathématique) des tracés, utilisé par des logiciels tels qu’Illustrator.

 

   EN MULTIMÉDIA


Le JPEG (Joint Photographic Experts Group) : C’est un format de compression de données. Avec ce format de fichier, votre image peut s’afficher en million de couleurs. Plus la qualité de l’image est élevée, plus celle-ci gardera de détails. Cependant, plus on garde d’informations, plus l’image conserve un poids volumineux. Pas de transparence*avec le JPEG. C’est un format plus spécifiquement utilisé en photo.

Dans la fenêtre d’enregistrement du format JPEG :




Optimisé : Photoshop crée un fichier de taille légèrement plus petite que l’originale.

Progressif : l’image s’affichera progressivement dans le navigateur (sauf anciens navigateurs).

*La Transparence : Dans votre navigateur, cette fonction permet à une image de s’afficher sans aucun cadre. Faites glisser (par un clic maintient) une photo dans votre fenêtre de navigateur pour voir le résultat.


Dans notre navigateur, cette photo s'affiche avec un cadre car enregistrée dans un format ne gérant pas la transparence.

Celle-ci a été enregistrée à un format Gif, PNG...



Le Gif (Graphic Interchange Format) : Format de fichier en 256 couleurs maximales. C’est un format de fichier qui gère la transparence*. C’est un format utilisé pour des images contenant des dessins, du texte, des logos.


Le PNG (Portable Network Graphics): Format de fichier en million de couleurs avec transparence à 256 niveaux possible. C’est un format qui génère des fichiers de taille plus importante que le JPEG. C’est le format natif du logiciel Macromedia FireWorks.


Le PDF (PostScript Printer Description): peut représenter des données Bitmap, Vectorielles et peut également contenir des liens Internet. C’est le fichier natif du logiciel Adobe Acrobat. Ce format est de plus en plus souvent rencontré en PAO.


Le PSD pour travailler une image dans Photoshop, ce format permet de conserver les calques crées au fur et à mesure du travail. C’est le format natif du logiciel Photoshop. 

 

 

--> Cliquez pour aller à la partie III vers "les manipulations de l'image " <--